Plomb : intimement lié aux énergies renouvelables

Aller en bas

Plomb : intimement lié aux énergies renouvelables

Message  didier le recycleur le Sam 23 Juil - 8:14

Plomb : intimement lié aux énergies renouvelables
Par Philippe Béchade, journaliste de MoneyWeek


Si quelqu'un vous dit que la révolution verte sera technologique, ne le croyez pas !
La révolution verte, avec ses villes intelligentes, ses voitures hybrides et ses énergies renouvelables aura avant tout besoin d'une chose : de plomb !

Devenu indispensable dans notre quotidien, sa demande est inscrite dans les gènes de nos industries pour des dizaines d'années.

Le plomb offre et offrira une résilience exceptionnelle aux affres de la Bourse et des matières premières. Objectif : protection !

Le plomb résiste à la chute des matières
La corrélation du plomb au prix du pétrole ne se dément pas : le WTI et le Brent ont enregistré une forte poussée haussière fin mars, qui s'explique par l'effet Fukushima.


Cours du plomb en $ la tonne à Londres

Cet événement a prolongé d'un bon mois, de façon purement accidentelle, la hausse de nombreuses matières premières, alors que de nombreux signaux de ralentissement conjoncturels commençaient à poindre du côté des Etats-Unis et de la Chine.

La correction s'est ensuite amorcée pour le pétrole, le plomb et la quasi-totalité des métaux (sauf l'or et les platinoïdes) à l'issue de la première décade du mois d'avril, et le plomb comme le pétrole ont perdu 15% en deux mois.

La Chine tire la production...
Plus fondamentalement, l'offre et la demande de plomb raffiné (celui qui est utilisé pour les batteries automobiles) se sont équilibrées en 2010, grâce notamment à une gestion plus efficace du recyclage en Asie (aux Etats-Unis, le taux de retraitement y atteint 85%, niveau quasi optimal).

Au niveau de la production, la Chine dépasse maintenant de très loin l'Australie (en perte de vitesse, avec 13% de la production mondiale) et pèse 4 fois plus lourd que les Etats-Unis (qui stagnent à environ 450 000 tonnes).

Et un heureux hasard a voulu que le premier pays consommateur de la planète soit également devenu le premier -- et de très loin -- producteur au monde, avec un tonnage pratiquement triplé en 10 ans (à près de 1,5 million de tonnes).

La thématique des batteries n'est pas près de décliner car la Chine a décidé de passer la vitesse supérieure aussi bien au niveau des véhicules électriques que de l'énergie photovoltaïque (les parcs résidentiel et industriel de panneaux solaires sont les plus importants au monde).

Ainsi que la demande de plomb !
Dans la voiture électrique et le photovoltaïque (deux débouchés majeurs pour le plomb), la Chine n'accuse pratiquement aucun retard technologique par rapport à l'Occident. Avec le niveau de motorisation qui décolle en ce moment dans le pays, le plomb a donc un bel avenir asiatique.

D'ailleurs, si les marchés ont réagi négativement à l'annonce de restrictions sur les quotas d'immatriculation dans la région de Pékin, cette mesure ne devrait pas toucher les véhicules hybrides (un marché en pleine expansion) et encore moins ceux qui fonctionnent intégralement à l'énergie électrique (ils demeurent encore très rares, mais ce ne sera pas éternellement le cas).

Des voitures moins polluantes en matière d'émission de CO2... mais qui emportent beaucoup plus de plomb à kilométrage égal.

Le plomb est l'avenir de l'énergie durable !
Les fondamentaux du plomb demeurent particulièrement ensoleillés pour des raisons de choix stratégique et technologique irréversibles, quel que soit le rythme de la croissance mondiale.

A la différence de nombreux métaux industriels dont le cours reflète fidèlement les anticipations de l'activité industrielle ou qui sont très dépendants du secteur de la construction (comme le cuivre, l'aluminium ou le zinc), le destin du plomb est intimement lié à celui des énergies renouvelables.

Le cours du plomb est d'ailleurs comparable à celui du zinc et de l'aluminium (environ 2 000 $ la tonne pour chacun d'eux), mais le plomb est le moins abondant (4,1 millions de tonnes extraites, contre 10 fois plus pour l'aluminium, 12 millions pour le zinc... et 18 millions de tonnes pour le cuivre (dont le cours est pourtant trois fois plus élevé).

Le plomb, bientôt la valeur "verte" que l'on s'arrachera
Le grand public n'associe pas encore le plomb à la préservation de l'environnement ou à la sauvegarde de la couche d'ozone ; il n'est pas non plus perçu comme subissant les effets d'une certaine rareté, comme la plupart des minerais réputés plus précieux.

Cette vision clairement datée n'a plus de justification pratique : nombre de spécialistes ont déjà compris tout le potentiel du plomb. S'il ne s'envole pas à cause de la flambée des matières premières au cours des prochains mois, il a de fortes chances de mieux résister que n'importe quel autre métal industriel.

Autrement dit, le plomb est probablement, avec l'or, le plus mauvais choix pour une vente à découvert.

Philippe Béchade, pour l'Edito Matières & Devises.
avatar
didier le recycleur
propriétaire de la fonderie

Messages : 2807
Date d'inscription : 13/05/2009
Age : 48
Localisation : bourges

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum